Vivre

A la rencontre de mon diaphragme

A la rencontre de mon diaphragme

 

Boîte noire du corps humain, toutes les émotions passent par ce grand muscle en forme de coupole. Tout ce qui est refoulé ou mal « digéré » se stock précisément dans la zone diaphragmatique.  Par quel moyen puis je le percevoir et surtout le détendre ?

C’est le plus volumineux et puissant muscle respiratoire, il joue donc un rôle capital dans la ventilation pulmonaire. Cependant tout le monde n’a pas conscience de son diaphragme et en général on le sent plutôt quand il est bloqué, c’est bien dommage… Il existe un moyen simple de le percevoir, debout ou assis mettez vos mains sous votre sternum au niveau de votre estomac, sentez vos mains qui sont refoulées à l’inspiration par le diaphragme. Vous pouvez appuyer un peu et rentrer les doigts sous les côtes, pour bien le sentir.  Sa contraction à l’inspiration crée une dépression dans la cavité thoracique permettant l’entrée d’air dans les voies respiratoire, on le sent s’abaisser, puis il se relâche en remontant à l’expiration. Suivre simplement son mouvement est déjà, en soi, très relaxant.

 

L’inspire est donc un temps actif alors que l’expire est un temps passif. Et c’est justement sur ce temps passif que l’on peut le détendre.Pourquoi et comment me direz vous ?

Séparant la cavité thoracique et la cavité abdominale, il fait néanmoins la jonction entre les deux et s’accroche sur la zone dorsale. Le détendre vous permettra de relâcher les muscles du dos d’une part, mais aussi d’effectuer des respirations complètes bienfaisantes, d’autre part. Massage viscéral en bonus.Une respiration complète, rappelons le, est une respiration avec les trois étages ( respiration abdominale, thoracique et claviculaire).

Je vous propose un rapide exercice d’étirement, en position debout. A l’inspiration on lève les bras vers le ciel tête un peu penchée en arrière et à l’expiration on évacue l’air par la gorge jusqu’au bout.Vous allez alors sentir un fort étirement du diaphragme et cela devrait vous libérer. A répéter trois fois en prenant le temps d’observer vos sensations corporelles.

Attention cela peut faire remonter des émotions, voire vous donner envie de pleurer. Ce sera alors le signe que vous avez bien accumulé et stocké à ce niveau.  S’il est fortement bloqué (les filaments d’insertion restent contractés), un ostéopathe ou un praticien en thérapie manuelle pourra travailler spécifiquement sur cette zone. A noter, la spasmophilie est un trouble du fonctionnement du diaphragme. En plus de l’approche physiologique, ce syndrome est apaisé par l’apprentissage de la respiration abdominale telle qu’on la pratique en plongée, en chant mais aussi en yoga et en sophrologie.

 

Pour conclure, apprendre à le connaitre et à le relâcher vous procurera au quotidien un apaisement certain. Votre amplitude respiratoire cessera ainsi d’être limitée car n’oublions pas que les émotions comme les pensées sont là pour nous servir et non nous asservir.

 

Manon Soupault