Pratiquer

Abandonnez-vous à votre DESTIN

Le destin existe-t-il vraiment ? Les yogis répondent par l’affirmative. Le destin n’est en fait rien d’autre que votre nature profonde. On appelle dharma ce chemin de vie que chacun doit emprunter pour se développer spirituellement. Vivre en harmonie avec son dharma est source de paix intérieure, et conduit à l’Illumination.

TEXTE Marianne ter Mors ILLUSTRATIONS Lisa Junius

Article de Yoga Magazine

Votre vie est déjà toute tracée : ses défis, ses leçons, ses buts. Pour la plupart des Occidentaux, ce genre d’affirmation ne provoque que réfutations et haussements d’épaules. Mais en Inde, on trouve tout à fait normal d’être soumis à un chemin de vie particulier – appelé dharma. Ce mot sanskrit signifie littéralement “porteur” ou “soutien” : il renvoie à l’enseignement du Bouddha, mais aussi au fait d’accepter son chemin de vie et d’assumer ses responsabilités. Dans la religion hindoue, le mot dharma traduit la notion d’“action juste” : agir de la bonne façon, au bon moment et en respectant les lois universelles de la nature humaine. Ça vous paraît abstrait ? En réalité, c’est très simple : tout et tout le monde a un dharma, c’est-à-dire un certain nombre de devoirs à remplir dans cette vie. Ainsi, “briller” est le dharma du Soleil ; “couler” est le dharma de la rivière. Suivre son chemin de vie peut se résumer à des choix très humbles. Le plus important ? Qu’ils correspondent à
notre nature profonde. 

Tout comme la rivière doit couler et le Soleil doit briller, chacun de nous a des devoirs à remplir.

Paix intérieure

Vivre selon son dharma n’est pas toujours évident. La plupart des gens vivent sans but précis. Le fait d’avoir conscience de ses responsabilités personnelles est encore plus rare. L’exemple le plus connu d’une vie vécue selon son dharma nous vient du début de la Bhagavad Gita, un des plus célèbres récits de l’hindouisme : le prince védique Arjuna observe le champ de bataille de Kurukshetra, où deux armées s’apprêtent à combattre. Un champ de bataille où il va devoir, en tant que soldat, prendre part au combat malgré son désir de fuir. Au moment même où Arjuna décide
de quitter les lieux, le dieu Krishna lui apparaît. Il dévoile à Arjuna son
dharma, et ainsi libère le prince de ses doutes. Accompagné de Krishna,
Arjuna fait fièrement son entrée sur le champ de bataille. Cette histoire
célèbre nous rappelle que chacun a des devoirs à remplir dans sa vie, et que le fait d’épouser ce dharma conduit à la paix intérieure.

Il faut apprendre à ressentir
ce qui cherche à s’exprimer
au plus profond de soi.

Ce qui ne veut pas dire que la vie devient simple et évidente. Votre âme choisit le dharma – c’està-dire les leçons de vie – qui lui permettra de maximiser votre éveil au cours de cette vie. Vous trouvez ça désagréable ou difficile ? Votre âme n’en a que faire ! Car elle sait qu’à ce moment précis, cette leçon de vie est exactement ce qu’il vous faut. Par exemple : vous avez une relation compliquée avec un membre de votre famille ? vous avez du mal à rencontrer l’amour ? Tout ceci fait partie de votre dharma. Vous pouvez ignorer la leçon à en tirer et fuir, mais elle refera son apparition jusqu’à ce que vous ayez compris de quoi il
retourne. Et une chose est sûre : vous possédez la force intérieure nécessaire pour faire face à ces épreuves. Vous traversez une passe difficile, l’idée de dharma vous amènera peut-être une forme d’apaisement : ce qui vous arrive est exactement ce qui doit vous arriver – ce qui peut vous arriver de mieux. C’est difficile à accepter, mais en rétrospective, vous comprendrez que rien n’arrive par hasard.

10 Préceptes de vie

Alors, comment suivre son dharma ? La plupart des gens commencent leur quête de sens en pratiquant le yoga, la méditation ou tout autre type de développement spirituel. La sadhana – pratique spirituelle quotidienne – est souvent une première étape nécessaire dans la recherche du dharma. Sans oublier que – même si cela peut sembler paradoxal – l’absence d’un but concret est parfois exactement ce qu’il vous faut à ce moment précis. Car c’est ce manque de direction qui vous mettra sur le chemin du développement spirituel.
Heureusement, le dharma offre dix préceptes qui, comme les dix commandements chrétiens, offrent la ligne directrice nécessaire à un
véritable accomplissement de soi :

1. Obéissance (au Divin, quoi que cela signifie pour vous)
2. Répondre au mal par le bien (pardonner)
3. Modération (mener une vie simple)
4. Pureté (de corps et d’esprit)
5. Honnêteté (loyauté envers son compagnon ou sa compagne)
6. Maîtrise des sens (les besoins sexuels)
7. Connaissance des livres saints
8. Connaissance du Soi Supérieur
9. Amour de la vérité (dire la vérité)
10. Maîtrise de la violence et de lacolère

Mais pour créer un lien profond avec son Soi Supérieur, il ne suffit pas de respecter quelques règles. Un aspect moins connu du dharma ? L’écoute de ce qui cherche à s’exprimer au plus profond de soi. Comprendre ce dont on a besoin pour pouvoir s’épanouir pleinement et créer une relation authentique avec soi-même. Une quête qui ne finira jamais, car la réponse changera sans cesse. Il y a quelques années, vous pensiez peut-être que tel ou tel choix vous correspondait parfaitement. Mais ce n’est peut-être plus le cas aujourd’hui. Et si vous oubliez de faire régulièrement une mise au point, vous risquez de passer à côté de nouvelles idées, de nouvelles opportunités. En vous remettant ainsi en question, vous créez un chemin intérieur en étroite collaboration avec votre âme.
La sagesse et l’inspiration n’ont plus besoin de venir de l’extérieur– elles résident déjà en vous.

Un véritable défi

Il est rare de commencer sa journée en pensant : aujourd’hui, je vais travailler un peu sur mon dharma. Pourtant, selon la tradition yogique, c’est bien ce qu’il faudrait faire. Car pour atteindre l’Illumination – le but ultime –, on ne peut se passer de développement spirituel. Normalement, cet épanouissement
se fait sur plusieurs vies – pas besoin de se presser. Mais à l’époque actuelle, qui baigne dans une énergie intense, il est possible d’accélérer son développement spirituel. Pour atteindre l’Illumination… ou donner un coup de pouce à votre prochaine incarnation ! Pour cela, il faut mettre la main à la pâte. En commençant par pratiquer la sadhana – même quand on a beaucoup de travail, un enfant malade ou pas très envie. Ces moments difficiles sont justement les plus cruciaux. C’est un véritable défi, de rester ouvert et de pratiquer sa sadhana, jour après jour. Surtout au début, quand on ne sait pas encore très bien pourquoi on le fait. On se sent bien – un effet secondaire agréable – mais l’Illumination ? On en est encore loin. Il est rare de se dire, au
plus profond de soi : « Voilà mon chemin ! », à la fin de sa toute première séance de méditation. Pour commencer, il faut juste avoir foi en sa pratique et croire qu’elle finira par porter ses fruits. De nombreux maîtres spirituels sont passés par là, et en ont tiré une excellente leçon à la portée de tout le monde : « Fais semblant, et le reste suivra. »* Vous ne sentez pas votre colonne vertébrale vibrer lorsque vous méditez ? Alors contentez-vous de l’imaginer. Parfois, lorsqu’on fait du yoga et qu’on médite depuis un certain temps, on finit par oublier pourquoi. Mieux vaut alors prendre un peu de distance – en arrêtant de
faire du yoga pendant les vacances, par exemple. Une fois rentré, vous verrez que votre tapis de yoga vous refait de l’œil.

Pleine conscience

Même si vous parvenez à respecter les dix préceptes du dharma et à pratiquer la sadhana tous les jours, vous ne vous retrouverez pas automatiquement sur votre chemin de vie. Une façon de savoir si vous êtes sur la bonne voie ? Votre état de paix intérieure : vous vous sentez profondément heureux, vous prenez plaisir à la vie et vous trouvez la paix, le silence et l’amour nécessaires en vous-même ? Autrement dit : la vie coule-t-elle de source ? Si la réponse à toutes ces questions est « oui », cela signifie que vous vivez en harmonie avec votre dharma. Si ce n’est pas le cas, c’est peut-être juste que vous vous êtes levé du pied gauche aujourd’hui. Ou que vous n’êtes pas très bien dans votre peau depuis un certain temps. Mais si ce sentiment d’abattement
dure depuis longtemps, c’est peut-être que vous vous êtes trompé de direction. Pas de panique ! Arrêtez-vous un instant, à l’écoute de vous-même, et le chemin correct se révélera de lui-même. La pleine conscience, les postures de yoga douces et la méditation sur la respiration peuvent vous aider à créer un lien avec vous-même et ainsi à découvrir votre dharma. Mais attention de ne pas en faire trop : l’ego spirituel est un danger auquel tout yogi fait face. Si vous perdez momentanément ce lien, commencez la journée par vos postures de yoga habituelles, mais pratiquez-les deux fois plus lentement et en faisant très attention à votre respiration. Méditez, même dans les moments qui ne semblent pas appropriés – dans la plus longue file d’attente au supermarché, en vous brossant les dents, en étendant le linge… vivez ces moments en pleine conscience. Vous pouvez même pratiquer la pleine conscience en sortant les poubelles. La vie ressemble parfois à une suite de répétitions. Mais en vous concentrant, vous verrez que chaque instant est nouveau. Un exemple ?
En prenant votre douche, ressentez pleinement la sensation de la mousse sur votre peau – c’est-àdire non pas la main qui vous lave, mais la peau en train d’être lavée. Voyez les situations habituelles sous un nouvel angle, observez ce qui se passe réellement. Et dans cet instant nouveau, vous serez plus à même de comprendre ce que votre chemin de vie – votre dharma – attend de vous.

« Fake it until you make it. »

En suivant, dans ses actes, sa nature propre, chaque homme peut connaître la perfection. Verset 18:45, Bhagavad Gita