Manger

Le « Seed Cycling », c’est pour moi ?

Le seed cycling

Consommer des graines oléagineuses pour rétablir son équilibre hormonal ? Si la proposition peut sembler fumeuse de prime abord, elle n’en a pas moins de nombreux adeptes chez les naturopathes et médecins alternatifs, notamment aux Etats-Unis. De nombreuses femmes Outre-Atlantique ont en effet pris l’habitude de consommer chaque jour certaines graines moulues dans l’espoir de retrouver un cycle régulier et de traverser avec plus de douceur. Les résultats mis en évidence sont encourageants, mais aucune étude scientifique chez l’humain ne permet à ce jour de les valider. Qu’en penser, et surtout, cela vaut-il la peine d’essayer ?

Nombre d’entre nous utilisons le yoga pour lutter contre le syndrome prémenstruel, atténuer les douleurs des règles ou encore les effets secondaires de toutes sortes de fluctuations hormonales qui font partie de notre cycle mensuel… comme de notre cycle de vie (pré-ménopause, ménopause). Le yoga nous apaise, nous recentre, et certaines pratiques peuvent avoir des répercussions hormonales. Le « seed cycling » suggère d’accompagner ce mouvement de manière simple, et ce en prêtant une attention spécifique à notre consommation de graines oléagineuses : lin, courge, tournesol et sésame pourraient en effet nous aider, mais pas toutes en même temps ni n’importe comment.

La théorie du « cycle des graines » repose sur le savant dosage entre œstrogènes et progestérones qui s’opère pendant le cycle mensuel féminin. Juste assez, ni trop, ni trop peu : c’est la quantité de chacune de ces hormones dont nous avons besoin pour que tout se passe bien. Ce qui est, avouons-le, assez rarement le cas ! Or, la consommation de graines oléagineuses, riches en phyto-oestrogènes, lignanes ou omégas 6, permet de réguler les excès, de combler les manques, en bref de nous aider à atteindre cet équilibre si délicat.

Notre cycle est séparé en deux phases :

– la phase folliculaire, du jour 1 au jour 14 (ovulation), pendant laquelle on a besoin de réguler la production d’oestrogènes

– la phase lutéale, de l’ovulation à la fin du cycle, pendant laquelle on a besoin de réguler la production de progestérones

Comment ? Selon ladite théorie, en consommant chaque jour 2 cuillerées à soupes de graines réduites en poudre :

– 1 de graines de lin (riches en lignanes) et 1 de graines de courge (ou : chia, chanvre, riches en omégas 6) du jour 1 au jour 14 du cycle

– 1 de graines de sésame (riches en lignanes) et 1 de graines de tournesol (riches en vitamine E et omégas 6) du jour 15 au jour 28 du cycle

Pour broyer les graines, il convient d’utiliser un moulin à café électrique ou bien un blender puissant (il en existe de tout petits, peu onéreux, que l’on appelle « personal blender »), car les mixeurs traditionnels ne viennent pas à bout des graines de lin. On conserve toujours les graines oléagineuses au réfrigérateur afin de les préserver du rancissement. L’idéal est de les broyer fraîchement juste avant de les consommer, là encore afin de préserver leurs fragiles composants.

Pour les consommer, c’est facile ! On les parsème un peu partout : sur des tartines, des salades, des soupes, des porridges ou encore des compotes… L’important étant de ne pas les cuire et de bien respecter les quantités recommandées.

Certaines personnes ressentent les effets de cette cure au bout d’un mois, pour d’autres c’est plus long. Les premiers effets ressentis se porteraient sur l’humeur, la rétention d’eau, l’impression de « centrage ». Réels ou supposés, ils incitent quoi qu’il en soit à prêter une plus grande attention à notre cycle et à nos ressentis physiques comme émotionnels, par exemple en tenant un journal ou en prenant le temps de se connecter, chaque jour, à ces sensations fines. Et si c’était cela, finalement, qui permettait à la machine de fonctionner plus harmonieusement ?

Quoi qu’il en soit, une fois que les graines sont invitées au menu, on réalise qu’elles font a minima du bien à nos papilles et peuvent au passage booster notre créativité culinaire ! Alors, une cuillerée de poudre magique, anyone ?

Poudre magique pour porridges et compotes (phase 1)

Par personne :

  • 1 c. à soupe de graines de courge
  • 1 c. à soupe de graines de lin
  • 1 pincée de cannelle en poudre
  • 1 pincée de vanille en poudre
  • 1 pincée de gingembre ou de cardamome
  • 1 c. à café de sucre complet ou de fleur de coco

Broyer le tout et parsemer en topping sur le porridge du matin, le yaourt du goûter ou la compote du soir…

Poudre magique pour soupes et salades (phase 2)

Par personne :

  • 1 c. à soupe de graines de tournesol
  • 1 c. à soupe de graines de sésame
  • 1 pincée de curcuma en poudre
  • 1 pincée de poivre en poudre
  • 1 pincée de gingembre ou de cardamome
  • 1 c. à café de curry en poudre

Broyer le tout et parsemer en topping sur la soupe du midi, ou la salade du soir…