Pratiquer

Notre garde du corps naturel – Immunité

Qee et Yoga Magazine se sont associés pour vous donner des rendez-vous Yoga Mag x Qee avec la professeure de yoga Cécile Meyrier. Profitez de cet article Yoga Magazine inspiré du cours de Cécile pour aller plus loin dans l’apprentissage du système immunitaire.

Le monde grouille de bactéries et d’agents pathogènes en tous genres. Heureusement, notre système immunitaire veille sur nous. D’où l’importance d’en prendre soin afin de garantir son efficacité.

Nous nous coupons le doigt et, instantanément, une quantité innombrable de bactéries pénètrent dans notre organisme. Nous faisons notre jogging matinal au grand air et inhalons au passage une armée de bactéries en suspension. Et même lorsque nous mangeons un repas que nous croyons parfaitement sain, nous ingurgitons toutes sortes de germes. Tout cela ressemble à un film d’horreur… Fort heureusement, notre organisme est tout à fait capable de maîtriser ces intrusions. Grâce à notre système immunitaire, nous sommes protégés en permanence contre les agressions du monde extérieur. Le système immunitaire constitue une barrière qui empêche les agents pathogènes, comme les bactéries, les virus et les parasites, de pénétrer dans notre organisme. Et si cela arrive quand même, il détecte automatiquement l’intrusion et la neutralise. Et comme si cela ne suffisait pas, il répare aussi les dégâts causés par les intrus hostiles. Dès la naissance, nous possédons une bonne partie de notre système immunitaire. Il n’en reste pas moins que cette barrière de protection continue de se développer au cours de notre vie. En effet, elle peut notamment “se souvenir” des agents pathogènes rencontrés, ce qui facilitera la détection ultérieure d’un même agent, et notre corps pourra alors réagir plus rapidement. Nous sommes littéralement “immunisés”. Le stress est l’un des plus grands ennemis de notre système immunitaire. En prati- quant le yoga, nous restons non seulement en bonne forme physique, mais nous apprenons également à nous détendre et à réduire le stress. Une technique de défense idéale.

Anatomie

Le système immunitaire se compose de : une barrière physique, la protection générale et la protection spécifique. La barrière physique est formée par la peau, qui s’interpose en quelque sorte entre notre organisme et le monde extérieur. Les muqueuses de nos voies respiratoires et de nos intestins, la salive et le suc gastrique en font également partie. Ces éléments font barrage et retiennent la plupart des bactéries et virus, les empêchant de pénétrer dans notre organisme.

Le mécanisme de défense général comprend les globules blancs qui circulent dans le corps pour éliminer les agents pathogènes et les corps étrangers rencontrés. En cas de plaie, le système immunitaire général libère des cellules protectrices à l’emplace- ment de la blessure afin de détruire les agents pathogènes qui s’y trouvent. Notre mécanisme de défense spécifique se concentre sur les agents pathogènes qui se propagent rapidement dans l’organisme et qui n’ont pas été détectés par le système général, et fait appel aux lymphocytes.

Troubles fréquents :

Un système immunitaire affaibli : En raison d’un manque de sommeil, d’une infection ou d’une carence en vitamines, le système immunitaire général peut être affaibli. Il nous protège alors moins bien et nous sommes dès lors beaucoup plus exposés aux refroidissements et à diverses maladies. Le stress diminue aussi fortement l’efficacité immunitaire. En cas de stress intense, le système immunitaire peut même être provisoirement “désactivé”. Les substances toxiques présentes dans l’alimentation et l’environnement peuvent également affaiblir le système immunitaire.

Anomalies congénitales : Certaines personnes viennent au monde avec une anomalie génétique du système immu- nitaire qui le rend moins efficace. Elles peuvent ainsi être infectées par des agents normalement inoffensifs et être davantage exposées aux infections.

Maladies auto-immunes : Il arrive parfois que notre système immunitaire reconnaisse des cellules “normales” de notre propre organisme comme des corps étrangers. Il se met alors à produire des anticorps contre ses propres tissus. C’est par exemple le cas de la sclérose en plaques ou de la maladie de Crohn. L’origine de cette réaction n’est pas encore connue.

Causes externes : Bien qu’ils aient leur utilité, certains médicaments peuvent également réduire la capacité de l’organisme à combattre les infections. C’est par exemple le cas de médicaments contre les infections chroniques (asthme), de la chimiothérapie et des médicaments contre les maladies auto-immunes.

À faire et à ne pas faire

À FAIRE : Dormir suffisamment, au minimum six heures par nuit, et dont, de préférence, une partie avant minuit. C’est en effet pendant le sommeil que notre système immunitaire recharge ses batteries.

À NE PAS FAIRE : Se laver excessivement. Avec l’amélioration des conditions d’hygiène, le système immunitaire est moins sollicité. Il a donc tendance à s’affaiblir, avec comme conséquence que nous sommes moins bien armés contre les agents pathogènes.

À FAIRE : Soixante-dix pour cent des réactions de notre système immunitaire s’opèrent par la digestion. Donnez donc un coup de pouce à la nature en mangeant des produits laitiers (yaourt, kéfir, etc.). Ils contiennent des probiotiques qui améliorent la flore intestinale, renforçant ainsi notre immunité.

À ÉVITER : Attention au sucre blanc, car il freine la production de globules blancs, qui sont importants pour le système immunitaire. Vingt minutes à peine après avoir mangé du sucre raffiné, l’efficacité de notre système immunitaire s’affaiblit.

Exercices pour renforcer l'immunité

Les exercices de yoga sont extrêmement bénéfiques pour le système immunitaire. Ils renforcent la capacité pulmonaire et stimulent le système lymphatique, qui peut alors évacuer plus facilement les substances toxiques du sang. La pratique du yoga nous protège plus efficacement des agents pathogènes. Les exercices d’échauffe- ment ont aussi leur importance. Commencez votre séance de yoga par une Salutation au Soleil pour vous réchauffer et vous assouplir. Le yoga ralentit également la production des hormones du stress.

La chaise retournée (Parivrtta Utkatasana) :

Cette posture aide à évacuer les toxines des intestins, ce qui régulera et renforcera le système immunitaire. Tenez-vous debout, bien droit, dans la posture de la Montagne (Tadasana). Fléchissez les genoux comme si vous vouliez vous asseoir sur une chaise et levez les bras de chaque côté des oreilles. Essayez d’étirer autant que possible votre cage thoracique et ramenez ensuite les paumes l’une contre l’autre devant le torse.Toutenexpirant,tournez-vousverslagauche.Placezvotrecoude droit contre votre genou gauche et essayez de maintenir le dos le plus droit possible. Tournez la tête en direction du coude gauche. Inspirez et expirez de trois à cinq fois en maintenant cette posture. Revenez ensuite dans la position de départ et recommencez de l’autre côté.

Le chat (Marjariasana) :
La respiration énergique de cette posture réchauffera votre orga- nisme. Mettez-vous à quatre pattes sur votre tapis de yoga, les mains juste en dessous des épaules et les genoux sous les hanches. Inspirez

Le chien tête en bas et la planche (Ardha Mukha Svanasana & Utthita Chaturanga Dandasana)
Cette posture aide à renforcer un système immunitaire affaibli : l’ou- verture des voies nasales permet de réduire la quantité de mucus dans les poumons. Placez-vous en Chien tête en bas, inspirez et expirez trois fois. Portez ensuite le poids du corps vers l’avant et passez dans la posture de la Planche. Votre corps forme une ligne bien droite, de vos talons au sommet de votre crâne. Contractez les abdominaux. Après trois inspirations et trois expirations, repassez dans la posture du Chien. Posez ensuite les genoux au sol et détendez-vous dans la posture de l’Enfant (Balasana). Répétez l’exercice 3 à 5 fois.

La respiration de feu (Kapalabhati)
Kapalabhati augmente la résistance des voies respiratoires. L’accent est ici placé sur la phase d’expiration : elle doit être vigoureuse et rapide. Aidez-vous de vos abdominaux pour gagner en puissance. Inspirez par le nez et contractez vos abdominaux afin d’expulser par le nez l’air présent dans vos poumons. Relâchez ensuite immédiatement les abdominaux. L’inspiration suivante se fera naturellement. Répétez l’exercice calmement 15 fois. Prenez une pause et répétez la série 3 à 5 fois.

À faire et à ne pas faire

À FAIRE : Le rudbeckie pourpre (Echinacea purpurea) est une plante formidable. Coupez-en une tige en morceaux, mélangez-les à de l’alcool et, après trois semaines, vous obtenez un alcoolé qui stimulera la production de globules blancs et freinera la propagation des bactéries. On trouve également des compléments alimentaires à base de cette plante dans le commerce.

À ÉVITER : Avoir souvent recours aux antibiotiques. Ces médicaments réduisent l’efficacité du système immunitaire. Une angine par exemple – une affection pour laquelle on les prescrit trop vite – se guérit dans la plupart des cas très bien d’elle-même.

À FAIRE : Riez ! En effet, être de bonne humeur et rire régulièrement renforce notre système immunitaire.

À ÉVITER : Se laisser envahir par le stress. Très néfaste, il affaiblit considérablement le système immunitaire. Veillez donc à vous accorder des moments de répit et à prendre du repos après des périodes de forte activité.

Comment avez-vous trouvé cet article ? Donnez votre avis sur les réseaux sociaux !